Catégories
Aventure Lectures

Les Manuscrits Ninja

Auteur : Yamada Fûtarô

Cela fait au moins 10 ans que j’avais ces livres dans ma liste de lecture et je ne les ai trouvés que récemment en occasion.
Les Sept Lances d’Aizu est le premier tome de la série des Manuscrits Ninja (qui en compte… 2), nous voici donc, en 1642 dans un Japon féodal peuplé de rônins, de moines zen ou bouddhistes et de tueurs sanguinaires pratiquement surhumains.
Si je devais comparer ce livre, écrit en 1958, je dirai que c’est un genre de Trois Mousquetaires japonais, mais revu par Tarantino. Je suis même étonné qu’il n’y ait pas encore eux d’adaptation cinématographique (mais peut être que certaines scènes de Kill Bill sont tirées de cette lecture).

En effet on assiste dès les premières pages au massacre des tous les hommes du clan de Hori Mondo qui s’étaient rebellés contre leur seigneur et au cours de l’histoire le sang va gicler, les têtes tomber, ainsi que de nombreuses parties du corps humain.

7 femmes survivantes, sauvées par une princesse de sang royal, jurent de les venger. Elles partent alors en chasse des Sept Lances d’Aizu qui sont les hommes de main du Seigneur d’Aizo, le cruel et pervers Katô Akinari.

Elles se font aider par un mystérieux samouraï qui va les aider dans leur quête, entre autre en les formant à l’art du combat, et d’un moine Zen de haut rang, non moins mystérieux.

C’est plaisant à lire, on retrouve en effet des passages picaresques, des scènes de combats d’anthologies, par mal d’humour presque potache (ça fait un peu penser à des dessins animés comme Cobra) et une touche de sensualité étonnante. (comme dans Cobra là aussi).

Note : 3.5 sur 5.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.