Catégories
Lectures Nouvelle

Trop de bonheur


Auteur : Alice Munro

Le titre de ce recueil de nouvelles est piégeur, car de bonheur il n’y en a jamais trop dans ces nouvelles, on sent à chaque fois une espèce de tension qui ne demande qu’à éclater et on attend le moment où cela arrive pour se libérer un  peu.

Il s’agit essentiellement de fragments de vie de femmes qui sont éclairés par leur passé souvent tragique : perte d’un être cher, meurtres, maladie. Ce n’est pas ce qu’il y a de plus gai, mais la psychologie des personnages est si finement décrite que l’on se prend d’affection pour les personnages assez rapidement et l’on souffre avec eux.

La forme est parfois surprenante : on entre et on sort en fondu enchaîné de la vie de ces femmes, il n’y a pas vraiment de début ni de fin, on s’attend à un dénouement et il n’y en a pas.

C’est la dernière nouvelle qui éclaire finalement l’ouvrage : il s’agit du portait de la première scientifique qui à enseigné à l’université (en Suède, parce qu’on lui a refusé cela en France).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.