Catégories
Lectures Théâtre

Le misanthrope

Auteur : Molière

Petite pause théâtre pour continuer ma (re)lecture des classiques de Molière. Je m’attaque ici au Misanthrope – sous-titré L’atrabilaire amoureux – pièce classique s’il en est et pas complètement dans le registre de la comédie.

Alceste – le misanthrope – est amoureux de Célimène une jeune veuve, séductrice et qui tient en haleine ses nombreux prétendants. Il a pour principale caractéristique son entièreté et son refus absolu des faux semblants. Contrairement au Meursault de l’étranger qui est lui aussi totalement entier (si l’on peut dire), Alceste ne supporte pas de voir le monde si différent de son idée. Aussi tout sujet, même le plus banal a le don de le mettre hors de lui.

Ainsi dès le 5ème vers

Moi, je veux me fâcher et ne veux point entendre.
[…]
Et je ne hais rien tant que les contorsions,
De tous ces grands faiseurs de protestations,

et à peine plus loin, il en explique la portée à son ami Philinte


[…] je hais tous les hommes,
Les uns parce qu’ils sont méchants et malfaisants,
Et les autres pour être aux méchants complaisants,
Et n’avoir pas pour eux ces haines vigoureuses
Que doit donner le vice aux âmes vertueuses

Alcest est parfaitement lucide et conscient de son caractère et que celui-ci n’est pas adapté à son temps (à aucun temps d’ailleurs)

J’ai le défaut
D’être un peu plus sincère en cela qu’il ne faut
[…]
Le ciel ne m’a point fait, en me donnant le jour,
Une âme compatible avec l’air de la cour,
[…]
Etre franc et sincère est mon plus grand talent,
Je ne sais point jouer les hommes en parlant ;
Et qui n’a pas le talent de cacher ce qu’il pense
doit faire en ce pays fort peu de résidence.

On est ici dans le monde des salons remplis de flagorneurs, admirablement décrit dans le fil Ridicules (qui se déroule plus tard à la fin du règne de Louis XVI).

Alceste est donc un homme seul pour qui l’amour n’est pas fait et il s’en d’ailleurs rend fort bien compte.

Il est vrai, ma raison me le dit chaque jour.
Mais la raison n’est pas ce qui règle l’amour

Et son intransigeance ne rompt que devant Célimène, mais ce repli intervient trop tard, Alceste étant dépassé par sa propre exigence qui est parfaitement incompatible avec la jeune Célimène.

Efforcez vous ici de paraître fidèle
Et je m’efforcerai, moi de vous croire telle.

Loin de la comédie, il y a du drame dans le Misanthrope et je pense que l’intérêt de cette pièce est qu’elle peut donner lieu à ces deux interprétations

Note : 4 sur 5.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.