Catégories
Lectures Polar

Le fleuve des ténèbres

Auteur : James Grady

Un agent américain qui est intervenu dans de nombreux coups tordus orchestrés par la CIA puis par des agences gouvernementales encore plus discrètes est recherché par un journaliste qui avait travaillé avec lui et surtout par l’Agence qui charge un ancien Marines de le retrouver pour une raison qui lui échappe.

Jud Stewart, lui, est persuadé que l’Agence veut l’éliminer car il représente une face trop sombre de l’Amérique qui aurait décider de l’effacer. Ses opérations secrètes au Vietnam, en Iran, au Chili et aux Etats Unis l’ont amené à se compromettre pour un idéal qu’il ne comprend plus et il décide de remonter à la source pour identifier le commanditaire de toutes les actions qu’il a menées.

Après avoir été un des meilleurs agent des services secrets, Jud est désormais redevenu un monsieur tout le monde, ou plutôt un Monsieur Nobody, travaillant comme serrurier pour un salaire de misère et une absence totale de reconnaissance. On dirait que John Rambo a été inspiré de ce personnage de roman, et si sa fuite est moins rocambolesque que celle de Rambo, elle n’en est pas moins sanglante. Ses souvenirs d’opérations clandestines sont haletant et alternent avec la chasse à l’homme qui est engagée pour le retrouver.

Un polar ultra efficace et réaliste (j’y retrouve ce que j’avais aimé dans les vieux Frederick Forsyth) difficile à lâcher avant d’arriver au bout.

Note : 4 sur 5.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.