Catégories
Essai Lectures Roman

Le pays du passé

Auteur : Guéorgui Gospodinov

Voici un livre pas simple à classer, à la fois Roman et Essai. Cela ne rend d’ailleurs pas la lecture toujours aisée car l’auteur quitte souvent le chantier balisé de l’histoire pour partager ses réflexions (celles de ses 2 principaux protagonistes).

Pour soigner certains malades, Gaustine (l’ami du narrateur), invente une méthode qui consiste à replonger le patient dans un passé qui le rassure. Un peu à la manière de Good Bye Lénine, tout l’environnement du patient est modifié pour correspondre à l’époque choisie.

Cela fonctionne si bien que bientôt on change d’échelle et tous les pays d’Europe décident d’organiser des référendums pour que les populations décident à quelle année elles souhaiteraient vivre.

Evidemment les choses se compliquent, car chaque pays va choisir une dates différentes correspondant à une période que les citoyens estiment être l’âge d’or de leur pays. Des entreprises se font même une spécialité de reconstituer des évènements d’ampleur ) à l’aide de milliers de figurants.

Comment dès lors vivre ensemble dans un espace comment (l’Europe) mais dans un temps différent ?

Si comme je l’ai dit en introduction, le livre n’est pas toujours simple à lire, c’est plus par sa construction que par son écriture, qui livre des réflexions intéressantes dans une langue toujours simple. Certaine phrases sont des fulgurances que j’aurai aimé avoir écrites !

Notre rapport complexe à la mémoire, en tant qu’individu et en tant que nation, la mort (que reste t-il du défunt sinon sa mémoire), l’Europe (qu’est -ce qui nous rattache les uns aux autres si ce n’est un passé souvent violent). Autant de questions qui sont d’une brûlante actualité, tant certains partis politiques font leur fond de commerce de ce passée idéalisé.

Note : 3.5 sur 5.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.