Catégories
Aventure Lectures

Le Cid

Auteur : Pierre Corneille

C’est l’histoire d’un mec qui passe une dure journée.

Tel un Jack Bauer moyenâgeux, Rodrigue va en effet devoir mener à bien un nombre de tâches périlleuses sous l’œil de sa prétendante enamourée mais torturée, du roi d’Espagne impartial et garant de l’ordre social, de son père vieillissant et d’une l’infante aussi amoureuse qu’inutile.

Rodrigues va en effet devoir en 24 heures :

  • Venger son père qui a été humilié par le père de sa prétendante (« Rodrigue, as tu du cœur ? / Tout autre que mon père l’éprouverait sur l’heure »)
  • Tuer son futur (ex ?) beau père. Et par la même mettre en péril son amour avec Chimène qui déclare à la fois vouloir venger la mort de son père et son amour pour Rodrigue, assez indirectement il est vrai, mais de fort belle manière « va je ne te hais point » ; « Ne m’importune plus, laisse moi soupirer, / Je cherche le silence et la nuit pour pleurer. »
  • Se battre contre une armée More : il est chargé par le roi de bouter les maures hors de la ville qu’ils sont en train d’attaquer. Ce qu’il réussit avec bravoure et panache et une attitude quasi kamikaze. « Nous partîmes cinq cent ; mais par un prompte renfort / Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port » Ce sont les Mores eux même qui vont lui donner son surnom de Cid. Qui semble vouloir dire seigneur.
  • Faire croire à Chimène qu’il est mort afin de la forcer à avouer son amour pour lui.
  • Se battre de nouveau en duel (et gagner) pour assouvir le désir de vengeance de Chimène (la pénible).
  • Pour le remercier de tout cela et parce que Chimène est quand même drôlement chiante, le roi l’envoi en Afrique pendant un an, durée admise pour que Chimène fasse le deuil de la mort de son père et puisse épouser Rodrigue à son retour. On lui souhaite bien du courage.

Un pièce mythique peuplée de phrases qui sont gravées dans nos mémoires. Les thèmes centraux sont sur l’honneur romanesque et la bravoure mais aussi la responsabilité des pères dans les malheurs de leurs enfants !
« Et, l’on peut me réduire à vivre sans bonheur, mais non pas me résoudre à vivre sans honneur » , « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas le nombre des années » ; « vous parlez en soldat, je dois agir en roi »….

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.